Abattre le quatrième mur * (mot d'ordre du FLNM) !

Publié le par Théâtre du Royaume d'Evette

 

20/04/2013

 

FLNM ? Kesako ? Le Front de Libération des Nouilles Ménagères ? Une nouvelle scission du FLNC ? Non, un OVNI tombé au pied des Vosges. Imaginez une petite salle tout en longueur, quatre mètres sur dix, dont une moitié légèrement plus élevée que l'autre, des poutres apparentes, un bar, une guirlande lumineuse de diodes rouges, de grands canapés, des projecteurs, des rideaux noirs encadrant un minuscule espace scénique. Chaleur et proximité. Une boîte de nuit ? Non,  « une boîte, la nuit », au sens où la scène est une boîte. Ici, les comédiens se jouent de la boîte, sortent, reviennent. Il n'y a pas de loges. Mais une fourgonnette à l'extérieur au cas où. A vrai dire, les comédiens s'activent déjà en amont du spectacle. Ils accueillent les spectateurs auprès d'un feu de bois, leur offrent boissons et amuse-gueules; un gros ruisseau coule dans la pénombre. Après le spectacle, une vingtaine de spectateurs se retrouvent à discuter avec les comédiens au bar, sur scène, à l'extérieur.

On est à Etueffont, au bord de La Madeleine (hé oui, ça inspire!) dans un théâtre de poche autogéré, le « Faisons Le Nous Mêmes » ! Mais attention, ce n'est pas du théâtre à domicile, quoique...

 

Pour informations et programmes, rendez-vous sur le site d'Anna ScrupulHom.

  * voir Brecht, L’achat du cuivre, 1939-40,  Écrits sur le théâtre, I, L’Arche, 1972, pp. 551-557 et aussi Denis Diderot, Discours sur la poésie dramatique .

 

théâtre amateur belfort

Publié dans Dramaturgies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article