Du "bon" usage des subventions.

Publié le par Théâtre du Royaume d'Evette

Belfort, le 20 décembre 2010

 

Bonjour à toutes et tous,

Comme suite à notre premier message, nous vous informons que nous avons rencontré ce jour Mr le Maire Etienne Butzbach, et Mr l’Adjoint aux affaires culturelle Robert Belot.

 

Nous avons eu droit à une première analyse de notre courrier lequel était à leurs yeux évidemment provocateur (de la part de Karel rien d’étonnant) car « l’absence d’appétence pour les activités mémorielles » est une remise en cause de l’importance de la Mémoire pour comprendre le monde d’aujourd’hui, alors pour une troupe engagée dans les problématiques contemporaines…(interprétation fallacieuse puisqu’il ne s’agissait non pas de remettre en cause la Mémoire mais l’implication du Royaume d’Evette dans des activités qui ne nous intéressent pas).

L’adjoint n’a jamais reçu un courrier aussi imbécile, il est offensé. Le courrier est volontairement mensonger car, il allait nous le prouver, il s’intéresse à nos activités et nous a déjà rencontrés ! Après cette première joute stérile donc, on en vient aux explications : L’adjoint aime ce que l’on fait, il a vu la pièce « Fitness » au Pas de côté, il nous a rencontré en avril dernier, il a donné son accord pour la présentation de « Pièces en vrac » à l’Hôtel de Ville mais nous n’avons jamais donné suite aux mails que ses services nous ont adressés pour construire cette représentation.

 

Nous lui rappelons que pendant les deux années qui ont suivi son élection et son installation comme Adjoint, nous avons tenté à quatre reprises par téléphone d’obtenir un rendez-vous afin de nous présenter à lui et qu’il n’a jamais trouvé la disponibilité pour nous recevoir (il fallait le faire par courrier !), qu’il était invité officiellement au Pas de Côté, que nous l’y avons effectivement croisé, que nous lui avons alors proposé de rencontrer le collectif organisateur et qu’il a refusé par faute de temps.

 

Nous lui rappelons qu’il nous a bien rencontrés en avril pour échanger avec nous sur la seule représentation de « Pièces en vrac » à l’Hôtel de Ville, proposition que le maire avait trouvé intéressante. Qu’il avait alors évoqué le rôle symbolique de l’Elu et de l’Hôtel de Ville, qu’il ne pouvait donc pas nous donner de réponse immédiate et que la pièce qu’il avait vue au Pas de Côté « Fitness », craint ! En effet, la pièce est bonne mais pas pour l’Hôtel de Ville !!!

 

Le Maire consultant le dossier concocté par les services culturels lui fait observer que nous avons bien répondu aux mails en question !

 

Mr Belot avait apparemment préparé un rapport en municipalité concernant cette représentation à l’Hôtel de Ville mais qui n’a jamais été présenté car l’administration lui aurait demandé des informations complémentaires auxquelles il n’avait pu répondre…

 

Mais nous en venons enfin à notre questionnement. Qu'est-ce qui justifie la suppression de notre subvention ?

 

Trois critères président à cette prise de décision :

-        Aujourd’hui les subventions de fonctionnement n’existent plus, ce sont des subventions sur projet.

-        La Ville est porteuse d’un projet culturel autour le l’inauguration du Lion de Belfort, les  associations locales ont été invitées à y contribuer, pour cela elles bénéficieront d’une prime (c’est le mot utilisé) et le Royaume d’Evette ne s’est pas investi.

-        La ville a pour objectif le rapprochement des structures sociales et culturelles.

 

Nous répondons :

-        Toutes nos demandes de subventions nous les appuyons sur nos projets pour l’année à venir, bien évidemment.

-        Une prime est une indemnité supplémentaire pour l’association qui fera un effort supplémentaire, au-delà donc de son activité normale, pour s’investir dans le projet culturel de la Ville. Que nous ne bénéficions pas de cette prime semble donc normal, mais c’est la totalité de notre subvention qui, de fait, a été supprimée ! Ainsi, lorsque nous disons que nous sommes victimes de nos choix notamment de ne pas nous investir dans ces activités mémorielles, nous n’avons pas tort.

-        Lors du montage du Pas de Côté nous rassemblons pas moins de 10 troupes locales, le théâtre Granit et même le Pilier lequel avait étudié sa participation pour la manifestation de 2009 ! N’est-ce pas du rapprochement ?

 

L’adjoint affirme alors que nous n’avons pas fait de demande de subvention pour l’année 2010 !

 

Le Maire, encore lui, lisant les notes du service culturel, affirme que notre demande de subvention a bien été enregistrée en septembre 2009 !

 

Mr Belot se défend alors sur la base des consignes strictes que lui aurait formulées l’Adjoint aux finances !

 

Doit-on prendre rendez-vous avec le Maire et l’Adjoint aux finances ?

 

Restent les questions de fond que nous avons ensuite évoquées :

-        Est-ce que les associations culturelles ne pourrons bénéficier d’un soutien financier de la Ville que si elles inscrivent leur activité dans son projet culturel ? Et donc n’existons-nous que pour satisfaire les évènements portés par la Ville ?

-        Qu’en est-il de la liberté artistique pour les compagnies théâtrale comme la nôtre ? Et qu’en est-il du respect du projet associatif que nous portons ?

 

Pas de réponse de l’Adjoint.

 

Le Maire, quant à lui  nous confirme son intérêt et celui de la Ville pour nos créations, notre implication et notre existence dans le paysage culturel local.

 

Et concernant notre demande de subvention 2011 ?

 

Réponse du Maire : rien n’est encore acté, nous serons tenus au courant.

 

A suivre…

 

 

Publié dans Journal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article